Spiritualité

Horaires des messes

Toutes les messes du 2e trimestre

Avril - Mai - Juin

Une pensée pour un dimanche
par le Père de Valicourt

14ème Dimanche Année B - 8 juillet 2018

Trouver Dieu dans le quotidien

A la différence de Jaïre ou de la femme hémorroïsse de dimanche dernier, les habitants de Nazareth n'attendent rien de la présence de Jésus auprès d'eux. Comme le dit Charles Péguy pour les chrétiens qui vivent leur foi par habitude : ils se sont desséchés car il ne se laissent plus hydrater par la grâce de Dieu. Les miracles de Jésus dont ils ont entendu parler ne sont pour eux qu'un moyen pour fuir les contraintes de la vie quotidienne, comme nos contemporains fuient dans des distractions toujours plus sophistiquées. Ils n'ont rien compris à l'oeuvre de Jésus ! Le Messie ne veut pas nous faire échapper aux contraintes de notre vie dans la chair. Bien au contraire, il plonge dans l'épaisseur de notre humanité afin qu’elle retrouve par lui le chemin vers le Père. Jésus veut que dans notre vie quotidienne, parfois bien pauvre, nous accueillons l’œuvre de salut du Père.

Si le Christ entre dans notre humanité, c’est pour réconcilier l’homme avec lui-même, pour qu'il découvre en lui les richesses que le Créateur y a déposées. Les miracles de Jésus ne sont pas des démonstrations de pouvoir dont bénéficieraient quelques privilégiés qui ont eu la chance de croiser son chemin. Ils sont là pour nous dire qu’avec le Christ, par la volonté du Père et la puissance de l'Esprit, une vie renouvelée de l’intérieur est possible. C'est l'expérience que font bien souvent les malades qui se rendent à Lourdes. Ils comprennent avec l'aide de la Vierge Marie que le miracle qui s'accomplit en eux est d'abord intérieur. Accueillons le Seigneur tel qu'il se donne à nous et non tel que nous voudrions qu'il le fasse.

Solennité de la Nativité de Jean le Baptiste - 24 juin 2018

Le rôle prophétique du baptisé

Le 24 juin est l'un des jours les plus long de l’année. C’est pour cela que depuis le V° siècle, on célèbre ce jour Jean le Baptiste, le premier à avoir rendu témoignage à la Lumière venue dans le monde. Mais Jean n’est pas la Lumière. C'est un prophète, le dernier de l’ancienne Alliance. Le prophète est celui qui manifeste la présence de Dieu au milieu des hommes. La lumière d’ici bas est toujours limité. Elle en annonce une autre comme Jean Baptiste annonce un autre qui vient après lui. Cette lumière là, la lumière de Dieu, lumière véritable, elle, ne connaît pas de limites car elle est la lumière de la vie.

Le prophète est un révélateur de Dieu. Révéler Dieu, consiste bien souvent à aller à l’encontre du fonctionnement du monde. Les baptisés doivent révéler Dieu dans ce monde qui s’en éloigne toujours plus. Or nous sommes bien souvent incapables de montrer notre différence d’avec le monde. Par manque de courage, nous préférons aller dans le sens du monde, pour préserver notre petite tranquillité égoïste. Si la société se détourne de Dieu, c’est en partie parce que les chrétiens sont devenus mous et ont arrêté de manifester sa lumière au monde. Demandons, par l’intercession de Jean Baptiste, d’être capable de tressaillir de joie au nom de Jésus, et d'avoir le courage d’être aujourd’hui, les révélateurs de Dieu, les prophètes dont le monde a besoin.

11ème Dimanche Année B - 17 juin 2018

Avoir foi en l'oeuvre de Dieu

Face aux oppositions et à "l'esprit du monde", beaucoup de catholiques doutent de l'oeuvre de Dieu, de son amour, voire de son existence. Devant ces interrogations Jésus répond par deux paraboles :

  1. De toute graine (apparemment sèche) déposée en terre peut sortir une plante. Comment ? Nous ne le savons pas ! Mais cela se réalise toujours. Ce que Dieu veut voir s'accomplir, selon l'ordre qu'il a créé, continue et continuera de s'accomplir. Il faut que nous arrêtions d'écouter les sirènes de la société qui veut nous faire croire que cela n'existe pas, et que l'on peut tout changer au gré des caprices. Cela signifie également que la graine de l'oeuvre de Dieu plantée en moi au jour de mon baptême, est elle aussi bien puissante, elle grandit, même si je ne le sens pas.

  2. La graine de moutarde est une prophétie de la passion et de la résurrection de Jésus. C'est la croix de Jésus plantée en terre il y a longtemps dans l'indifférence général. Cette toute petite chose a éclipsé tous les autres évènements de l'histoire, comme la graine de moutarde qui dépasse toutes les plantes. La croix est devenu le plus grand évènement de l'histoire du monde, et les enfants de Dieu, peuvent, comme les petits oiseaux de la parabole venir faire leur refuge à son ombre.

10ème Dimanche Année B - 10 juin 2018

Le combat de la Vérité et du mensonge

L'histoire de l'humanité nous montre toujours la même chose depuis Adam et Ève : des personnes qui font des choses stupides contre Dieu et pensent pouvoir le lui cacher. Pourtant chacune de nos vies, comme nos actions, sont transparentes devant Dieu. Et il y aura toujours un moment où Dieu nous dira comme à Adam et Ève : où te cache-tu et que fais-tu ?

Face à cette demande de Dieu, deux attitudes :

  1. La négation de ce que l'on fait contre Dieu : "Moi je suis quelqu'un de bien. Ce que je fais c'est ce que je décide. C'est moi qui sais ce qui est bon pour moi et Dieu n'a rien à me dire." C'est la prise de pouvoir de moi sur moi. C'est le triomphe de la mauvaise foi qui ouvre la porte au règne du MENSONGE dans ma vie. C'est ce que vivent les interlocuteurs de Jésus dans l'Evangile. Peu à peu le bien et le mal se mélangent et finissent par se confondre dans leurs vies. Ils ne peuvent plus reconnaître Dieu.

  2. La seconde solution consiste à vivre quotidiennement et humblement dans la VÉRITÉ devant Dieu. Il ne peut pas y avoir de vie chrétienne authentique sans une remise à plat devant Dieu chaque jour. Il faut mener avec lui cette quête de la VÉRITÉ. C'est ainsi que St Paul parle de cet homme intérieur qui se renouvelle chaque jour. Le mensonge est un cancer pour l'âme, qui grossit très vite. Et il faut toujours craindre que le cancer ne finisse par gagner.

1 / 5

Please reload

Revue Notre Vie

Juin 2019

Notre Vie n°12

Mars 2019

Notre Vie n°11

Décembre 2018

Notre Vie n°10

1 / 4

Please reload

Horaires des messes

Toutes les messes du 2e trimestre

Avril - Mai - Juin

Une pensée pour un dimanche
par le Père de Valicourt

14ème Dimanche Année B - 8 juillet 2018

Trouver Dieu dans le quotidien

A la différence de Jaïre ou de la femme hémorroïsse de dimanche dernier, les habitants de Nazareth n'attendent rien de la présence de Jésus auprès d'eux. Comme le dit Charles Péguy pour les chrétiens qui vivent leur foi par habitude : ils se sont desséchés car il ne se laissent plus hydrater par la grâce de Dieu. Les miracles de Jésus dont ils ont entendu parler ne sont pour eux qu'un moyen pour fuir les contraintes de la vie quotidienne, comme nos contemporains fuient dans des distractions toujours plus sophistiquées. Ils n'ont rien compris à l'oeuvre de Jésus ! Le Messie ne veut pas nous faire échapper aux contraintes de notre vie dans la chair. Bien au contraire, il plonge dans l'épaisseur de notre humanité afin qu’elle retrouve par lui le chemin vers le Père. Jésus veut que dans notre vie quotidienne, parfois bien pauvre, nous accueillons l’œuvre de salut du Père.

Si le Christ entre dans notre humanité, c’est pour réconcilier l’homme avec lui-même, pour qu'il découvre en lui les richesses que le Créateur y a déposées. Les miracles de Jésus ne sont pas des démonstrations de pouvoir dont bénéficieraient quelques privilégiés qui ont eu la chance de croiser son chemin. Ils sont là pour nous dire qu’avec le Christ, par la volonté du Père et la puissance de l'Esprit, une vie renouvelée de l’intérieur est possible. C'est l'expérience que font bien souvent les malades qui se rendent à Lourdes. Ils comprennent avec l'aide de la Vierge Marie que le miracle qui s'accomplit en eux est d'abord intérieur. Accueillons le Seigneur tel qu'il se donne à nous et non tel que nous voudrions qu'il le fasse.

Solennité de la Nativité de Jean le Baptiste - 24 juin 2018

Le rôle prophétique du baptisé

Le 24 juin est l'un des jours les plus long de l’année. C’est pour cela que depuis le V° siècle, on célèbre ce jour Jean le Baptiste, le premier à avoir rendu témoignage à la Lumière venue dans le monde. Mais Jean n’est pas la Lumière. C'est un prophète, le dernier de l’ancienne Alliance. Le prophète est celui qui manifeste la présence de Dieu au milieu des hommes. La lumière d’ici bas est toujours limité. Elle en annonce une autre comme Jean Baptiste annonce un autre qui vient après lui. Cette lumière là, la lumière de Dieu, lumière véritable, elle, ne connaît pas de limites car elle est la lumière de la vie.

Le prophète est un révélateur de Dieu. Révéler Dieu, consiste bien souvent à aller à l’encontre du fonctionnement du monde. Les baptisés doivent révéler Dieu dans ce monde qui s’en éloigne toujours plus. Or nous sommes bien souvent incapables de montrer notre différence d’avec le monde. Par manque de courage, nous préférons aller dans le sens du monde, pour préserver notre petite tranquillité égoïste. Si la société se détourne de Dieu, c’est en partie parce que les chrétiens sont devenus mous et ont arrêté de manifester sa lumière au monde. Demandons, par l’intercession de Jean Baptiste, d’être capable de tressaillir de joie au nom de Jésus, et d'avoir le courage d’être aujourd’hui, les révélateurs de Dieu, les prophètes dont le monde a besoin.

11ème Dimanche Année B - 17 juin 2018

Avoir foi en l'oeuvre de Dieu

Face aux oppositions et à "l'esprit du monde", beaucoup de catholiques doutent de l'oeuvre de Dieu, de son amour, voire de son existence. Devant ces interrogations Jésus répond par deux paraboles :

  1. De toute graine (apparemment sèche) déposée en terre peut sortir une plante. Comment ? Nous ne le savons pas ! Mais cela se réalise toujours. Ce que Dieu veut voir s'accomplir, selon l'ordre qu'il a créé, continue et continuera de s'accomplir. Il faut que nous arrêtions d'écouter les sirènes de la société qui veut nous faire croire que cela n'existe pas, et que l'on peut tout changer au gré des caprices. Cela signifie également que la graine de l'oeuvre de Dieu plantée en moi au jour de mon baptême, est elle aussi bien puissante, elle grandit, même si je ne le sens pas.

  2. La graine de moutarde est une prophétie de la passion et de la résurrection de Jésus. C'est la croix de Jésus plantée en terre il y a longtemps dans l'indifférence général. Cette toute petite chose a éclipsé tous les autres évènements de l'histoire, comme la graine de moutarde qui dépasse toutes les plantes. La croix est devenu le plus grand évènement de l'histoire du monde, et les enfants de Dieu, peuvent, comme les petits oiseaux de la parabole venir faire leur refuge à son ombre.

10ème Dimanche Année B - 10 juin 2018

Le combat de la Vérité et du mensonge

L'histoire de l'humanité nous montre toujours la même chose depuis Adam et Ève : des personnes qui font des choses stupides contre Dieu et pensent pouvoir le lui cacher. Pourtant chacune de nos vies, comme nos actions, sont transparentes devant Dieu. Et il y aura toujours un moment où Dieu nous dira comme à Adam et Ève : où te cache-tu et que fais-tu ?

Face à cette demande de Dieu, deux attitudes :

  1. La négation de ce que l'on fait contre Dieu : "Moi je suis quelqu'un de bien. Ce que je fais c'est ce que je décide. C'est moi qui sais ce qui est bon pour moi et Dieu n'a rien à me dire." C'est la prise de pouvoir de moi sur moi. C'est le triomphe de la mauvaise foi qui ouvre la porte au règne du MENSONGE dans ma vie. C'est ce que vivent les interlocuteurs de Jésus dans l'Evangile. Peu à peu le bien et le mal se mélangent et finissent par se confondre dans leurs vies. Ils ne peuvent plus reconnaître Dieu.

  2. La seconde solution consiste à vivre quotidiennement et humblement dans la VÉRITÉ devant Dieu. Il ne peut pas y avoir de vie chrétienne authentique sans une remise à plat devant Dieu chaque jour. Il faut mener avec lui cette quête de la VÉRITÉ. C'est ainsi que St Paul parle de cet homme intérieur qui se renouvelle chaque jour. Le mensonge est un cancer pour l'âme, qui grossit très vite. Et il faut toujours craindre que le cancer ne finisse par gagner.

1 / 5

Please reload

Revue Notre Vie

Juin 2019

Notre Vie n°12